Les Calanques de Cassis (Bouches-du-Rhône)

J’aime bien m’accorder, de temps à autres, des week-ends dans certains endroits de France. Durant le mois de janvier 2022, j’ai décidé de passer quatre nuits à Cassis, dans le sud-est.
Je me suis rendue compte que je connaissais très peu la Côte d’Azur, alors qu’elle est réputée pour sa grande beauté (et son nombre conséquent de touristes, certes). Je me suis pas mal renseignée sur les Calanques, et rien que de voir toutes ces sublimes images présentes sur Internet, mon choix était fait.

Le parc national des Calanques existe depuis 2012. Il s’étend officiellement sur les communes de Marseille, Cassis et La Ciotat, et comprend les archipels du Frioul et du Riou, ainsi que l’Île Verte et le massif du cap Canaille.
Cette zone montagneuse et escarpée, dont les roches ciselées se jettent à pic dans la mer Méditerranée, abrite une faune et une flore fragiles et protégées – d’où la création du parc national. Il y a ainsi une réglementation stricte, que l’on se doit de suivre si l’on souhaite protéger l’environnement. En cas de fort mistral, le site des Calanques peut être interdit au public, notamment à cause du risque d’incendies – cette zone est la plus aride de France.

Cassis, vue du cap Canaille

J’ai bien fait de me rendre dans les Calanques fin janvier : c’est en basse saison, il y avait peu de monde et principalement des locaux. Je sais que le site est sur-fréquenté en été ; je préférais éviter ça. Surtout que la météo du sud-est de la France est particulièrement clémente : pendant tout mon séjour, il a fait un grand soleil et la température pouvait monter jusqu’à 15°C ! J’ai même échappé au souffle du mistral, qui n’est venu que le jour de mon départ.
J’ai été gâtée, et je suis tombée complètement amoureuse de ces paysages extraordinaires.

J’ai encore beaucoup d’endroits à explorer dans les Calanques, mais je vous présente déjà ceux que j’ai visités. J’ai choisi des circuits de randonnée de difficulté facile à moyenne.
Il faut savoir que les Calanques contiennent pas mal de sentiers alpins, avec des passages aériens, des échelles, des mains courantes, etc, ainsi que des chemins à flanc de falaise. Il ne faut donc pas sous-estimer ce terrain, qui peut s’avérer ardu et dangereux, réservé aux randonneurs et montagnards aguerris.

Les sentiers que j’ai parcourus sont pour tous niveaux, même si la plupart sont sportifs et que certains possèdent quelques passages plus délicats – mais rien de bien méchant. Petit détail qui a son importance : ces chemins sont tous accessibles à pied à partir du centre-ville de Cassis. Je vous laisse découvrir tout ça !

Calanque de Port-Pin

Cette Calanque est facilement atteignable à pied en partant du centre-ville de Cassis. Il faut environ une heure de marche pour y parvenir.
Le sentier qui y mène n’a rien de difficile, même si on a un bon aperçu de ce qui peut venir après, quand on veut parcourir la Calanque d’En-Vau qui est dans son prolongement. Ça grimpe à certains endroits, le sol est rocailleux, et il y a quelques marches naturelles qui demandent à ce que l’on soit attentif à la pose de nos pieds.

La Calanque de Port-Pin est un genre de crique, dont les eaux turquoises et transparentes, scintillant agréablement à la lumière, ont tout pour nous ravir.
J’ai l’impression que c’est un lieu de rendez-vous courant pour les Cassidains et Cassidaines, de par sa facilité d’accès et sa beauté. On peut se baigner, se prélasser sur les rochers chauffés par le soleil, pique-niquer, faire du paddle… C’est un véritable havre de paix.

Ceci dit, je pense qu’en haute saison, la Calanque de Port-Pin est envahie par la foule. Si vous recherchez le calme, et si vous pouvez vous le permettre, mieux vaut s’y rendre en-dehors de la période estivale.

Calanque de Port-Miou

Cette Calanque est la plus proche du centre-ville de Cassis. C’est un premier accès à la Calanque de Port-Pin, mais il y a aussi des sentiers qui proposent d’en faire le tour, parfois par au-dessus. Cette Calanque est tout en longueur : deux parois de falaises blanches et ocres la bordent et la modèlent.
Il y a d’ailleurs un port à Port-Miou ; la base nautique comprend environ 550 bateaux.

De cette Calanque, on peut parcourir un chemin très facile et très agréable d’environ 1h30 : le sentier du Petit Prince. Ce circuit s’appelle ainsi en hommage à Antoine de Saint-Exupéry, l’auteur du Petit Prince, dont l’avion a disparu au large du cap Canaille en 1944.
Le sentier part de Port-Miou et circule entre les rochers et les pins d’Alep, tout en offrant une superbe vue sur les Calanques et sur la Méditerranée. C’est plus une balade qu’une véritable randonnée : il n’y a aucune difficulté physique ou technique. Le chemin est ponctué de-ci de-là par des panneaux explicatifs sur l’environnement et les paysages, ou sur l’histoire du Petit Prince.

Sentier du Petit Prince

Même si ce n’est pas une randonnée à proprement parler, le sentier et la Calanque de Port-Miou sont tout aussi magnifiques que les autres : vous en prendrez plein la vue sans avoir à fournir un effort physique conséquent.

Calanque d’En-Vau

Celle-ci est réputée être l’une des plus belles Calanques du parc – et je peux le confirmer !
Dans le prolongement de la Calanque de Port-Pin, celle d’En-Vau regorge de sentiers de randonnée nous offrant de splendides panoramas. Avec ses hautes falaises plongeant à pic dans la Méditerranée et ses impressionnantes formations rocheuses, les vues sont à couper le souffle.

Parmi les différents chemins de randonnée proposés sur le site, j’ai choisi celui balisé en bleu, qui fait une boucle depuis la Calanque de Port-Pin. Le sentier passe par le magnifique belvédère d’En-Vau ; le contraste entre les rugueuses falaises calcaires, taillées et ciselées par le vent, et le bleu intense de la mer Méditerranée, est époustouflant de beauté. Le chemin est beaucoup à flanc de falaise ; j’en ai pris plein les yeux, mais aussi plein les narines : les senteurs chaudes de pins, de fleurs et d’air marin mêlés sont uniques et m’ont mise de très bonne humeur.

Ce circuit de randonnée est plutôt physique (ça grimpe, ça redescend, ça grimpe à nouveau), avec quelques passages plus techniques. Rien de vraiment difficile cependant : il faut surtout faire attention à la pose de nos pieds, encore plus dans les descentes rocailleuses en escaliers. Mais il suffit d’être muni de bonnes chaussures, d’être un peu vigilant à certains endroits, et tout se passera bien !

La Calanque d’En-Vau est splendide, et fait partie des immanquables de la région.

Cap Canaille

Ce nom peut paraître étrange : « cap Canaille » serait une mauvaise traduction du provençal « Cap Naio« , qui serait un terme en rapport avec les sommets.
Cette belle et impressionnante falaise aux magnifiques couleurs orangées et ocres au soleil couchant, est la plus haute falaise maritime de France avec ses 363 m de haut.

Le cap Canaille, vu de Cassis

On peut facilement accéder au cap Canaille à pied depuis le centre-ville de Cassis (ça prend environ une heure) : il suffit de suivre l’avenue du Revestel, qui grimpe raide jusqu’au parking menant à la route des crêtes. Si cette superbe route est empruntée par les voitures et les motos, il y a un sentier de randonnée qui longe tout le cap Canaille au départ de ce parking – et je pense que c’est encore plus beau et plus intense pour les sens de le parcourir à pied !

Ce chemin de Petite Randonnée (PR, balisage jaune) est absolument splendide. Il part du parking de la route des crêtes et rejoint le sémaphore du Bec de l’Aigle, au-dessus de La Ciotat. On met environ deux heures à le parcourir.
Attention ! Ce sentier n’est pas une boucle. Une fois arrivés au sémaphore, vous pouvez choisir de faire le chemin en sens inverse pour retourner à Cassis. Mais j’ai fait autrement : j’ai emprunté un autre PR qui descend à La Ciotat ; de la ville, j’ai pris le TER qui m’a ramenée à Cassis. Ça m’a fait une bonne journée de randonnée, puisqu’en tout j’ai marché environ six heures.

Le sentier du cap Canaille est d’une beauté à couper le souffle. Si vous avez le vertige, cependant, je vous déconseille d’emprunter ce chemin : il est sans cesse à flanc de falaise. Et comme je l’ai écrit plus haut, le cap Canaille est la plus haute falaise maritime de France ! Les roches se jettent brutalement dans la Méditerranée en contrebas. C’est une série de sublimes panoramas, de couleurs intenses, de paysages sauvages. Je crois que c’est l’une des plus belles randonnées que j’ai faites.

De toute la série que je propose dans cet article, je pense que ce chemin est le plus physique et le plus technique. Le sentier est en « montagnes russes » : ça monte, ça descend, ça monte à nouveau, ça descend encore. Il y a quelques passages délicats qui demandent à ce que l’on soit attentif à la pose de nos pieds, et parfois il faut s’aider de ses mains pour avoir une bonne accroche. Mais, encore une fois, rien de bien difficile si l’on a de bonnes chaussures et que l’on prend son temps quand c’est nécessaire.

Le cap Canaille est vraiment un incontournable de la région. Tant de beauté, on ne peut pas l’ignorer !

Le Bec de l’Aigle

J’espère que mon article sur les Calanques vous a donné envie d’explorer ce superbe parc, ou bien de le redécouvrir si vous l’avez déjà parcouru.
Si vous voulez aller un peu plus loin, j’ai réalisé deux vidéos sur les Calanques : une sur celles de Port-Pin, d’En-Vau et de Port-Miou, et l’autre sur le cap Canaille et le Bec de l’Aigle.
Je me suis également servie de ce topo-guide, qui m’a été bien utile et qui m’a donné plein d’idées et d’envies de randonnée.
En tout cas, voici ma conclusion : je veux retourner dans les Calanques et continuer de m’émerveiller devant ces sublimes paysages. Vous n’avez pas fini d’en entendre parler !