Matériel de randonnée

Que prendre avec soi lors de randonnées itinérantes ? Il est fondamental de se poser cette question, puisque ce que l’on met dans son sac à dos va déterminer une bonne partie du déroulement de l’aventure.
Je ne prétends pas être un exemple à suivre à la lettre : il vaut mieux choisir son matériel en fonction de ses besoins et du type de randonnée que l’on souhaite faire. Néanmoins, on peut s’inspirer d’autres personnes, qui peuvent nous donner des idées ou nous aider à y voir plus clair. C’est pour ça que je propose cet article qui, je l’espère, pourra vous aiguiller ou vous conforter dans vos choix.

Je précise que pour l’instant, je n’ai fait de randonnées itinérantes qu’en période chaude – en gros, de la fin du printemps au début de l’automne. Je n’ai pas encore expérimenté les randonnées hivernales, qui demandent un tout autre type de matériel.
Quant à mon matériel de bivouac, je vous renvoie à cet article.
J’ai également dédié un article à la cuisine en bivouac (en cours de création).
Enfin, pour le matériel technologique que je prends avec moi, je vous dirige vers cet article (en cours de création).

Vêtements

J’essaie de faire en sorte que mon sac à dos soit le plus léger possible. Ainsi, je prends seulement deux changes avec moi. Idéalement, je lave mes vêtements tous les jours – si c’est facile à faire quand on dort en gîtes d’étape, ce n’est pas toujours possible quand on bivouaque. Mais je peux vous assurer que quand on randonne pendant longtemps, on est un peu moins regardant sur l’hygiène ; ce n’est pas dramatique de ne pas pouvoir laver ses vêtements tous les jours !
(Bon, après, je dis ça, je suis quelqu’un qui transpire très peu, même en été. Donc c’est plus supportable, je le conçois.)

Voici donc ce que je prends avec moi :

  • 2 t-shirts en fibre synthétique (ça sèche plus vite que le coton)
  • 2 culottes (en coton cette fois-ci, car le synthétique provoque des irritations)
  • 2 paires de chaussettes techniques
  • 1 short
  • 1 pantalon technique de randonnée, souple et léger
  • 1 paire de leggings pour le soir, qui me tiennent lieu de pyjama
  • 1 polaire
  • 1 casquette ou 1 chapeau
  • 1 cape de pluie (ce modèle-ci, que je trouve très bien)
  • 1 buff (aussi appelé tour-de-cou)

Chaussures et sandales

Depuis que j’ai découvert la marche en sandales de randonnée, je suis devenue fan. Les pieds restent aérés toute la journée, on peut marcher dans les cours d’eau avec, et je n’ai jamais eu d’ampoules. Par contre, on a droit à un superbe bronzage zébré au fur et à mesure de son aventure, mais il faut bien quelques inconvénients !
Par contre, si je randonne en milieu plus alpin, ou lors de saisons plus froides, je prends mes chaussures de randonnée.

Pour les sandales de marche, j’ai d’abord eu le modèle Terra Fi Universal, de la marque Teva. Bien adhérentes, elles m’ont permis de marcher sur pas mal de terrains différents. Elles ont très bien fait l’affaire pendant plusieurs années, mais aucun produit n’est indestructible. J’ai dû m’en séparer.
Pour ma dernière randonnée dans le Jura, je me suis procuré des sandales moins chères : de simples Quechua. Elles ont été très bien (quoique pas assez adhérentes, parfois) ; et pourtant, je suis allée marcher dans des milieux montagnards. Suivant le témoignage de plusieurs personnes, le rapport qualité/prix Décathlon est vraiment correct. Alors qu’il y a eu plusieurs malfaçons récentes avec la marque Teva. Comme quoi…

Pour mes chaussures de randonnée, je possède une paire de Salomon hautes en Gore-Tex. Elles sont tout à fait bien elles aussi ; même si lors de mon aventure en Suisse, alors que je me trouvais au sein de milieux alpins, avec des pierriers et des descentes très raides, le dessus de mes orteils a souffert.
Je ne peux pas parler en termes plus techniques ; je ne m’y connais pas assez. Ces chaussures me conviennent, mais il y a certainement des modèles plus performants, plus pointus. Je vous invite à faire vos propres recherches, et surtout, à essayer vos chaussures et à les « casser » (marcher régulièrement avec) avant de partir en randonnée itinérante !

Sac à dos, autres sacs

Beaucoup de randonneurs expérimentés disent qu’il est nécessaire d’avoir un bon sac à dos. Et ils ont raison. Mais, pour le coup, je ne pourrai pas trop témoigner de ce côté-là.
J’ai le même sac à dos de randonnée depuis plus de onze ans maintenant : c’est un simple Quechua de 70 L. Quand je me le suis procuré, j’avais dix-neuf ans, je ne connaissais rien à la randonnée, et je l’ai acheté car je partais pour un road-trip en Andalousie avec des copines. Je l’ai donc choisi un peu « au hasard », sans critères particuliers autres que sa grande taille qui me convenait, sa couleur noire sobre, et ses nombreuses poches pratiques.

Ce sac n’est pas le sac idéal, ultra-performant, ultra-high-tech, j’en conviens. Il a des armatures, ce qui le rend assez lourd – mais il se tient bien. Quand je randonne avec pendant plusieurs jours d’affilée, ses bretelles se mettent à grincer. 70 L, c’est beaucoup – on peut prendre un litrage moins important lorsqu’on randonne. Il n’est pas idéal, oui, mais je le connais bien ; et c’est là son grand avantage. Malgré tous les endroits où je l’ai bringuebalé, il est toujours là, bien résistant. Du coup, je le garde. Je lui ai même donné un prénom : Isaac. Isaac le sac. Pourquoi pas.
Un jour, j’investirai peut-être dans un autre sac à dos, d’une marque plus technique. Mais pour le moment, « Isaac » me convient très bien !

Quand je dors dans un gîte d’étape et que je souhaite sortir en ville, j’utilise un petit sac à dos pliable que je trouve très pratique. Je peux faire mes courses avec, prendre quelques affaires avec moi, sans avoir à me trimballer avec mon gros sac à dos de 70 L !

Pour protéger mes affaires de l’humidité, de la pluie, du sable, etc ; mais aussi pour bien organiser mon sac à dos, j’utilise deux housses de rangement étanches assez basiques, qui font bien l’affaire (c’est ce genre de modèle). En plus de ces housses, j’utilise plusieurs pochettes zip-lock, ce qui me permet une protection supplémentaire mais aussi d’encore mieux compartimenter toutes mes affaires.

Hygiène et pharmacie

Il y a des produits de pharmacie indispensables à avoir, d’autres qui sont plus d’ordre cosmétique – mais ça ne les rend pas moins indispensables, car je pense qu’il est important de se sentir bien lors de randonnées itinérantes. Parfois, ça tient un peu de choses. Se sentir propre, avoir une peau bien hydratée (j’ai la peau qui peut tirailler assez facilement), des cheveux qui ne deviennent pas forcément de la paille après plusieurs jours passés dehors…
Voici donc la liste détaillée de ce que je prends avec moi.

HYGIÈNE/COSMÉTIQUE

  • 1 morceau de savon à tout faire, de la marque Dr. Bronner’s, qui me permet de laver à la fois mon corps, mes cheveux, mes dents, mes vêtements et ma vaisselle
  • 1 morceau d’après-shampoing solide, de la marque Lamazuna
  • 1 brosse à dents
  • 1 brosse à cheveux
  • 1 sérum à l’acide hyaluronique de chez The Inkey List (super hydratant, il me fait beaucoup de bien)
  • un peu d’huile d’argan (je vous conseille de l’acheter au rayon cuisine : elle est bien moins chère, et de même qualité que celle vendue au rayon cosmétique)
  • 1 auriculi (« coton-tige » réutilisable)
  • 1 pince à épiler
  • 1 rasoir
  • 1 coupe-ongles
  • 1 crème solaire SPF 50+ (celle des Laboratoires de Biarritz, qui n’utilise pas de filtre chimique)
  • 1 stick à lèvres

PHARMACIE

  • huile essentielle de tea tree, très polyvalente (notamment bon désinfectant)
  • huile essentielle de lavande aspic (bonne contre les coups de soleil ou piqûres d’insectes)
  • huile essentielle de gaulthérie couchée (bon anti-inflammatoire)
  • quelques pansements
  • ma coupe menstruelle
  • ma pilule contraceptive
  • Doliprane®, Spasfon®

Outils, accessoires

Enfin, il reste quelques affaires que je prends avec moi en randonnée itinérante, qui ne sont pas moins importantes, mais qui n’ont pas vraiment de « classification ». Voici donc une liste non-exhaustive :

  • 1 paire de bâtons de randonnée (ce modèle-ci, basique mais efficace)
  • 1 lampe frontale
  • 1 poche à eau de 2 L
  • 1 bouteille d’eau en plus (plus pratique pour verser l’eau)
  • 1 paire de lunettes de soleil
  • 1 paire de lunettes de vue (pour la personne myope que je suis)
  • ma carte d’identité, ma carte vitale
  • ma carte bancaire, un peu (ou beaucoup, c’est selon) de cash
  • 1 carnet pour faire des aquarelles
  • 1 petite boîte d’aquarelle
  • 2 ou 3 stylos, 1 pinceau à réservoir d’eau

Il serait bon que j’investisse dans un filtre à eau de qualité, mais pour le moment, je n’en ai jamais utilisé.
De même, quand je pars en randonnée itinérante, et qu’en plus je bivouaque, je ne parviens pas à lire. Je ne prends donc plus de livres avec moi, ni même ma liseuse, car je sais que ça serait du poids non-nécessaire.

Voilà pour mon matériel de randonnée ! J’espère que je n’ai rien oublié. Le cas échéant, je viendrai compléter cet article – d’autant plus si mon expérience change ou que je teste d’autres produits.

En plus de cet article, j’ai réalisé plusieurs vidéos dans lesquelles je présente le matériel que je prends avec moi lors de mes randonnées itinérantes. Vous pouvez les visionner dans cette playlist.