Monsieur Covid

Oui, j’ai décidé de l’appeler comme ça. Monsieur Covid.
Bien qu’il me semble inutile de l’expliquer, je le fais quand même : Monsieur Covid désigne le Covid-19, ce type de coronavirus qui se répand avec ardeur et détermination sur toute la planète.

C’est incroyable ce que nous sommes en train de vivre. Je parviens à peine à le réaliser.

J’ai fait partie de ceux qui ont longtemps minimisé la gravité de la situation, jusqu’à récemment. Je ne me suis pas particulièrement tenue informée sur l’évolution de la maladie en Chine. J’ai davantage prêté attention à Monsieur Covid quand celui-ci a frappé l’Italie de plein fouet, mais je pense qu’une partie de mon cerveau ne voulait pas y croire. Le déni est un mécanisme de défense comme un autre.

Puis, en quelques jours, j’ai reçu un sacré coup de massue. Quand de plus en plus d’événements culturels et sportifs ont été annulés ou reportés, puis quand le théâtre dans lequel je travaille a fermé ses portes, ainsi que tous les restaurants et commerces jugés non-essentiels, là j’ai compris. Le confinement commençait véritablement. Et j’ai su que ça durerait un bon moment. Comme en Chine, comme en Italie.

Chacun réagit différemment face à ce qu’il est en train de se passer.

Contrairement à d’autres, je n’ai pas eu peur. La maladie ne m’effraie pas.
Par contre, je me suis sentie oppressée. Je me suis imaginée confinée dans mon studio parisien, toute seule, pendant des semaines, sans possibilité de sortir ni de voir mes amis (dont la plupart ont quitté Paris pour aller se confiner ailleurs en France). Même si je suis habituée à travailler de chez moi, même si je sais très bien m’occuper et que j’ai toujours plein de choses à faire, ces semaines de solitude forcée m’ont paru horribles. Je les aurais surmontées, c’est sûr, mais je m’imaginais très mal le vivre.

Je suis donc allée m’installer chez ma mère, qui habite à Paris aussi. Je me suis dit que le confinement à deux serait plus facile à vivre que le confinement en solo, et en plus son appartement est plus grand que le mien. À cette décision, je me suis vite sentie soulagée, et je ne la regrette pas aujourd’hui.

 

 

Pour l’instant, ça va bien.

Paris s’est vidée, ce qui lui donne une atmosphère étrange, elle d’habitude si bruyante et agitée (mais oh que j’aime cette ville malgré tout !).
Le printemps qui s’installe, les bourgeons qui sortent, les oiseaux qui pépient, le soleil qui vient poser ses rayons sur le parquet du salon : on se sentirait presque en vacances. Je regarde les infos tous les soirs pour me tenir au courant des nouvelles qui changent de jour en jour, mais aussi pour bien me rappeler que ce ne sont pas des vacances, justement. L’épidémie est arrivée sur le territoire, les soignants travaillent sans relâche et nous nous devons de les aider en respectant les consignes édictées par le gouvernement.

J’ai bien conscience que nous n’en sommes qu’au début.
Je ne sais pas comment je me sentirai d’ici une, deux, trois semaines. Je ne sais pas quels changements cette situation inédite va provoquer dans nos vies, dans notre façon d’appréhender le monde et la société actuelle. Mais il est sûr que ça va bousculer beaucoup de choses. Et je suis certaine que des choses très positives découleront de cette crise que nous traversons.

Alors, haut les cœur. Je continuerai à dessiner, à écrire, à produire des vidéos.
J’ai beaucoup de projets, beaucoup d’idées, et ce n’est pas ce Monsieur Covid qui va m’empêcher de les réaliser !

Prenez soin de vous, surtout. Je vous laisse avec un dessin que j’ai réalisé il y a quelques jours (si vous me suivez sur Facebook ou Instagram vous l’aurez vu) et que j’ai baptisé “Coronamour“. N’oublions pas de nous aimer, même de loin.

À bientôt.

Coronamour

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s